Donald Trump, les requins et la rainette faux-grillon

Mon fil Facebook est actuellement inondé d’histoires de requins.

Je me suis rappelé que c’est la Shark Week.

On en parle en bien, on en parle en mal, mais on en parle.

Le requin, ce méchant prédateur de nos océans qui doit sa popularité à Steven Spielberg et à Jaws.

Le requin a donc droit à sa semaine bien à lui. Mais ça relève plus du spectacle, critiquent de nombreux experts.

> Some experts worry Shark Week focuses too much on the sensatioal, not enough on science

Il existe 465 espèces de requins regroupées en 35 familles. Il y a des millions d’individus qui nagent dans nos océans. Plusieurs espèces sont en danger.

Malgré de rares attaques sur l’homme, le requin n’est pas un danger pour Homo sapiens.

Si le requin représente une menace pour l’humain, c’est bien plus l’éventuelle disparition de certaines espèces qui fera mal.

Le requin est l’un des plus grands prédateurs de nos océans.

Qui dit océan, dit écosystème. Qui dit écosystème, dit équilibre fragile.

Qui dit disparition du requin, dit équilibre brisé.

Comme je l’ai déjà écrit, on a de la misère avec ça, un écosystème. C’est trop compliqué. Ça ne l’est pas tant que ça, mais protéger un écosystème, ça veut dire faire des choix. Parfois, ces choix nécessitent de voir les choses dans une perspective plus large.

Ça aussi, on a un peu de misère avec ça, la perspective plus large.

En général, ça nous prend une histoire avec un bon et un méchant.

C’est exactement ce qu’on a avec l’actuel président des États-Unis.

Tous les yeux sont tournés vers le méchant de service, qu’on peut certainement comparer à un requin. Du moins, celui de l’imagerie populaire. Il a bien compris ça, le Donald.

Remarquez qu’il y a souvent de bonnes raisons de s’intéresser à Trump. Lui aussi est en train de briser l’équilibre de l’écosystème social et politique aux États-Unis.

///

Au cours des dernières années, j’ai beaucoup écrit sur une minuscule grenouille menacée de disparition. J’ai eu droit à ma part de moqueries.

Champagne et sa grenouille…

Remarquez que ça aurait pu être un requin, mais il n’y a pas de requins dans nos milieux humides au Québec.

À la base, il n’y avait qu’une chose qui me motivait à ne pas lâcher le morceau. L’instinct.

L’instinct du journaliste qui sait qu’il tient une bonne histoire.

Il y a avait deux angles à cette histoire dans mon esprit, et ce dès le départ.

Grenouille ou pas, c’était les derniers milieux humides au Québec qui étaient menacés.

On sait plus que jamais l’importance des milieux humides en cette ère de changements climatiques.

L’autre angle, tout aussi important, ce sont les lois environnementales tant au provincial qu’au fédéral. Des lois qui étaient carrément bafouées sous prétexte que ce n’était qu’une grenouille…

La Cour fédérale a finalement donné raison à la rainette faux-grillon.

///

J’imagine que c’est cette ténacité qui fait que je m’accroche chaque jour.

J’ai écrit pendant quatre ans sur la rainette faux-grillon.

J’imagine que je peux me permettre d’être aussi tenace avec moi-même, le temps qu’il faudra.

Il n’y aura pas de Cour fédérale pour me donner raison. Juste le sentiment d’avoir retrouvé la paix et la sérénité.

Un peu comme si la nature, l’ordre naturel des choses allait reprendre ses droits avec moi.

C’est à ça que j’ai pensé quand j’ai vu ces photos montrant comment la nature reprenait ses droit sur la civilisation.

20190730_112439

Des photos magnifiques qui ramènent l’équilibre nécessaire à la vie.

20190730_112504

> 45 Times Nature Won The Battle Against Civilization

Un moment donné, ce sera mon tour…

Publié par

ÉP Champagne

Humain de 51 ans. Né sous le nom d’Éric-Pierre Champagne, un 15 avril 1967. Parfaitement imparfait. Se pose beaucoup de questions et n’a pas toujours les réponses. Se demande justement où s’en va homo sapiens… Toujours dans le sens de l’évolution? Et quelle évolution? Actuellement en dépression et fait de « fucking » petits pas pour s’en sortir. Écrire et composer de la musique sont les deux choses qui me font le plus grand bien dans ces moments difficiles. En plus de faire du jogging. Sauf que je ne peux pas courir plusieurs fois par jour. Écrire et faire de la musique, si. Quand je ne suis pas en arrêt de travail, je suis journaliste. Mais aussi plein d’autres choses. Père de deux adultes, propriétaire d’un gros toutou et d’un chat, amant de la nature, de la musique, du jardinage, des randonnées en montagne, des balades en vélo, de milk shake préparés exclusivement à la laiterie La Pinte et amoureux de la vie, quand elle ne me tombe pas dessus, comme le ciel chez les Gaulois. Je ne suis pas à une contradiction près, j’ai quelques bibittes dans ma tête et autres blessures de l’âme, comme la majorité des habitants de cette planète. Mais dont la grande majorité, justement, ne veut tout simplement pas l’avouer. Préoccupé par l’avenir de la planète, mais surtout de l’avenir d’homo sapiens et celui des relations humaines. Parce que c’est ce qu’on est, après tout, des animaux sociaux. Encore un brin naïf, malgré plusieurs poils de barbe blancs et quelques cheveux aussi. Toujours envie de changer le monde, mais j’ai appris à la dure que les sauveurs n’existent pas. On fait juste notre petite contribution, pis c’est ben correct comme ça. Dans un premier temps, vous allez retrouver sur Homo sapiens mes textes, plutôt personnels, et mes compositions musicales, qui ne passeront pas à CKOI. Et j’en suis fort aise. Plus tard, pourquoi pas, on y retrouvera aussi des histoires qui font du bien. Des histoires d’humanité. Des histoires de héros ordinaires. De chevalier Jedi qui restent du côté lumineux de la Force et qui font le bien à petite échelle. Pour se rappeler qu’homo sapiens existe encore et que son avenir n’est pas nécessairement celui qu’on voit venir. Parce qu’être naïf, du moins un peu, me semble qu’on a encore besoin de ça, non?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s