Les leçons (qu’on ne tire pas) de la forêt

Un chercheur vient de faire une découverte fascinante en Nouvelle-Zélande.

Une souche d’un conifère est maintenue en vie grâce à toute la forêt qui se mobilise dans cette opération.

> Un arbre maintenu en vie par les autres : la découverte qui change notre regard sur la forêt

Cette découverte invite à changer le regard sur ce que sont les forêts : non pas une succession d’individus, mais un seul et immense organisme.

Normalement, cette souche devrait être morte et se décomposer lentement.

Mais ce n’est pas le cas, a constaté le professeur Sebastian Leuzinger.

En gros, la souche prête son système racinaire à ses voisins en échange de nutriments.

Le jour, en plein soleil, la souche prête ses racines pour permettre aux autres arbres de s’alimenter en eau. La nuit, les voisines fournissent la souche en nutriments pour la maintenir en vie.

Fascinant, comme dirait Monsieur Spock !

Voilà toute la force d’un écosystème ou tout est interconnecté.

Mais l’écosystème est brisé chez Homo sapiens.

Certains diront que ça fait un peu fleur bleue de comparer l’humain à une forêt.

Et pourtant, c’est exactement de ça dont il s’agit.

///

Pendant ce temps, quelle est la spécialité d’Homo sapiens ?

Tirer sur le messager.

C’est plus simple de voir la vie en noir et blanc, avec des bons et des méchants, plutôt que d’essayer de saisir toutes les nuances de gris.

On voit une souche et il ne nous viendrait pas l’idée qu’elle puisse jouer un rôle important. Elle ne contribue pas à la croissance de la forêt, croyons-nous, il faut donc s’en débarrasser.

///

Je reviens au concept de tirer sur le messager, vieux comme le monde. Ce n’est pas nouveau. Mais dans notre monde hyper polarisé, c’est devenu la principale tactique pour discréditer l’autre.

Prenez Greta Thunberg.

Je suis absolument fasciné par tous les commentaires que je lis à son sujet.

À go, on tire sur le messager…

Parce qu’elle est jeune, elle est forcément manipulée par les lobbys environnementaux.

Et les groupes climato-sceptiques ne sont pas manipulés, eux ? Notamment par l’industrie pétrolière qui les financent à coups de millions.

Mais c’est plus facile de s’en prendre à une jeune fille qu’à des entreprises multimilliardaires qui ont une armée d’avocats pour les défendre.

Parce qu’elle est jeune, elle ne sait pas de quoi elle parle.

J’ai lu un commentaire où la personne disait plus se fier aux avis scientifiques qu’à une jeune écolière de 16 ans.

Parlons-en des avis scientifiques…

Le premier rapport du GIEC a été publié il y a 30 ans.

Depuis, de nombreux rapports scientifiques sont venus s’ajouter, disant tous la même chose, le réchauffement climatique actuel est presque certainement causé par l’activité humaine.

Que dit Greta ?

Écoutez les scientifiques ! Moi je ne suis qu’une jeune fille qui s’inquiète pour l’avenir.

Mais non, les attaques se poursuivent.

Shoot the messenger, l’une des plus vieilles tactiques du monde.

Greta est comme cette souche qu’il faudrait déraciner.

///

Vous voulez d’autres exemples ?

Rappelez-vous la chronique de Patrick Lagacé sur l’histoire de Jean-François Lussier… Cet homme qui a fini par se suicider après qu’un psychiatre ait décidé de ne pas l’hospitaliser, malgré sa détresse qui était évidente.

> Trois brochures et un pilule

Oh le méchant psychiatre… C’était de sa faute, point barre.

Je ne dis pas qu’il n’est pas à blâmer. Mais une fois qu’on a fait ça, il reste tout un tas de questions à se poser.

Dont une question essentielle : comment se comporte notre société face à la maladie mentale.

Mais ça, ça veut dire se regarder dans le miroir.

Alors que c’est tellement plus simple d’avoir un méchant à blâmer, un messager sur lequel tirer. Un fois qu’on a trouvé un coupable, plus besoin de poursuivre la réflexion.

Un autre exemple ?

L’histoire de cette fillette de 7 ans qui a été laissée pour morte par son père.

Oh le méchant père ! Oh la méchante DPJ !

C’est vrai dans les deux cas, remarquez. Le crime du père est tout simplement horrible et il s’avère que la DPJ n’aurait pas fait son travail correctement.

Mais après ?

Pourquoi ne pas s’intéresser à ces familles où la violence verbale, psychologique et physique font partie du quotidien.

On gage combien que le père venait d’une famille dysfonctionnelle ? On gage combien que les parents du père provenaient eux aussi d’une autre famille dysfonctionnelle ?

Des familles mal foutues où le pattern se répète d’une génération à l’autre.

Il y en a tout plein. Des familles qui vivent dans la pauvreté économique, sociale, affective et j’en passe.

Elles existent, mais on préfère les ignorer.

C’est plus facile de tirer sur le messager.

p.s. : Merci à Jerry Prindle pour la magnifique photo qui coiffe ce billet.

 

Publié par

ÉP Champagne

Humain de 51 ans. Né sous le nom d’Éric-Pierre Champagne, un 15 avril 1967. Parfaitement imparfait. Se pose beaucoup de questions et n’a pas toujours les réponses. Se demande justement où s’en va homo sapiens… Toujours dans le sens de l’évolution? Et quelle évolution? Actuellement en dépression et fait de « fucking » petits pas pour s’en sortir. Écrire et composer de la musique sont les deux choses qui me font le plus grand bien dans ces moments difficiles. En plus de faire du jogging. Sauf que je ne peux pas courir plusieurs fois par jour. Écrire et faire de la musique, si. Quand je ne suis pas en arrêt de travail, je suis journaliste. Mais aussi plein d’autres choses. Père de deux adultes, propriétaire d’un gros toutou et d’un chat, amant de la nature, de la musique, du jardinage, des randonnées en montagne, des balades en vélo, de milk shake préparés exclusivement à la laiterie La Pinte et amoureux de la vie, quand elle ne me tombe pas dessus, comme le ciel chez les Gaulois. Je ne suis pas à une contradiction près, j’ai quelques bibittes dans ma tête et autres blessures de l’âme, comme la majorité des habitants de cette planète. Mais dont la grande majorité, justement, ne veut tout simplement pas l’avouer. Préoccupé par l’avenir de la planète, mais surtout de l’avenir d’homo sapiens et celui des relations humaines. Parce que c’est ce qu’on est, après tout, des animaux sociaux. Encore un brin naïf, malgré plusieurs poils de barbe blancs et quelques cheveux aussi. Toujours envie de changer le monde, mais j’ai appris à la dure que les sauveurs n’existent pas. On fait juste notre petite contribution, pis c’est ben correct comme ça. Dans un premier temps, vous allez retrouver sur Homo sapiens mes textes, plutôt personnels, et mes compositions musicales, qui ne passeront pas à CKOI. Et j’en suis fort aise. Plus tard, pourquoi pas, on y retrouvera aussi des histoires qui font du bien. Des histoires d’humanité. Des histoires de héros ordinaires. De chevalier Jedi qui restent du côté lumineux de la Force et qui font le bien à petite échelle. Pour se rappeler qu’homo sapiens existe encore et que son avenir n’est pas nécessairement celui qu’on voit venir. Parce qu’être naïf, du moins un peu, me semble qu’on a encore besoin de ça, non?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s