Des nouvelles de Guillaume le conquérant

Vous vous rappelez Guillaume, dont j’ai fait le portrait il y a quelques mois.

Guillaume qui est entré à 18 ans chez Ubisoft au début des années 2000. Il était en quelque sorte une vedette montante du jeu vidéo à Montréal.

Puis, la schizophrénie l’a rattrapé. Un long chemin de croix a suivi.

Puis, la rédemption.

> Guillaume le conquérant

Guillaume m’a écrit vendredi pour me faire suivre la dernière animation 3D qu’il vient de compléter. Il était pas mal fier de lui. Avec raison !

Ce n’est plus son métier, mais c’est toujours une passion pour lui.

///

Cette dépression est douloureuse, mais c’est aussi une source d’apprentissage pour moi.

Je le savais déjà un peu, que l’habit ne fait pas le moine. Que les apparences ne disent pas tout. Qu’on ne connaît pas vraiment les gens qu’on a en face de soi, à moins d’être un ami très proche, et encore…

Quand on laisse tomber les masques, tous les masques, il ne reste que deux êtres humains. Comme Guillaume et moi.

Lui est schizoprène et moi, je fais une dépression majeure.

Ce qui est formidable, c’est que ça n’a aucune importance.

Il se fout de ma dépression. Il s’en fout dans le sens où ça ne me définit pas à ses yeux.

Je me fous de sa schizophrénie. Je vois un être humain bourré de talents, qui a été écorché par la vie.

Nous ne sommes pas des amis, mais il y a un respect mutuel qui est évident.

Il n’y aucune étiquette qui nous définit l’un face à l’autre, sauf celle d’Homo sapiens.

C’est de plus en plus rare, je trouve.

Les étiquettes sont nombreuses de nos jours. Toutes sortes d’étiquettes qui nous définissent sans nous définir vraiment.

Il y a celles qu’on se colle soi-même et celles qui sont imposées par d’autres.

Ça peut être lourd à porter parfois.

Alors quand les masques tombent, on se sent plus léger.

///

« J’ai longtemps hésité avant d’accepter de partager mon récit. Même si on parle davantage de la maladie mentale qu’autrefois, c’est un sujet qui demeure tabou. J’ai souvent entendu des commentaires désobligeants à l’égard des gens qui souffraient de maladies mentales. Comme si c’était l’apanage des faibles. C’est totalement faux. Je suis une femme forte, très forte, tellement forte que j’ai eu le courage de lever la main pour ne pas faire partie des tristes statistiques. Et j’ai maintenant aussi le courage de raconter mon histoire pour aider mon prochain. »

C’est l’extrait d’une magnifique lettre aux lecteurs publiée dans La Presse ce matin sous la plume de Dominique Pomerleau.

> Le jour où je me suis fait peur

C’est exactement ça. Ça prend un courage extraordinaire pour faire face au cancer de l’âme.

Je suis aussi heureux de constater que de plus en plus de gens n’ont peur de témoigner.

///

Une amie m’a dit hier que j’étais brave. J’ai accepté son compliment et je l’ai remerciée.

Les mots peuvent parfois faire très mal, mais aussi donner du courage et apporter un extraordinaire réconfort.

Il y a encore trop de gens mal à l’aise face à un ami, un collègue ou un parent souffrant de dépression.

Lui dire qu’il est brave de refuser de faire partie des statistiques, c’est un sacré bon début.

 

 

 

Publié par

ÉP Champagne

Humain de 51 ans. Né sous le nom d’Éric-Pierre Champagne, un 15 avril 1967. Parfaitement imparfait. Se pose beaucoup de questions et n’a pas toujours les réponses. Se demande justement où s’en va homo sapiens… Toujours dans le sens de l’évolution? Et quelle évolution? Actuellement en dépression et fait de « fucking » petits pas pour s’en sortir. Écrire et composer de la musique sont les deux choses qui me font le plus grand bien dans ces moments difficiles. En plus de faire du jogging. Sauf que je ne peux pas courir plusieurs fois par jour. Écrire et faire de la musique, si. Quand je ne suis pas en arrêt de travail, je suis journaliste. Mais aussi plein d’autres choses. Père de deux adultes, propriétaire d’un gros toutou et d’un chat, amant de la nature, de la musique, du jardinage, des randonnées en montagne, des balades en vélo, de milk shake préparés exclusivement à la laiterie La Pinte et amoureux de la vie, quand elle ne me tombe pas dessus, comme le ciel chez les Gaulois. Je ne suis pas à une contradiction près, j’ai quelques bibittes dans ma tête et autres blessures de l’âme, comme la majorité des habitants de cette planète. Mais dont la grande majorité, justement, ne veut tout simplement pas l’avouer. Préoccupé par l’avenir de la planète, mais surtout de l’avenir d’homo sapiens et celui des relations humaines. Parce que c’est ce qu’on est, après tout, des animaux sociaux. Encore un brin naïf, malgré plusieurs poils de barbe blancs et quelques cheveux aussi. Toujours envie de changer le monde, mais j’ai appris à la dure que les sauveurs n’existent pas. On fait juste notre petite contribution, pis c’est ben correct comme ça. Dans un premier temps, vous allez retrouver sur Homo sapiens mes textes, plutôt personnels, et mes compositions musicales, qui ne passeront pas à CKOI. Et j’en suis fort aise. Plus tard, pourquoi pas, on y retrouvera aussi des histoires qui font du bien. Des histoires d’humanité. Des histoires de héros ordinaires. De chevalier Jedi qui restent du côté lumineux de la Force et qui font le bien à petite échelle. Pour se rappeler qu’homo sapiens existe encore et que son avenir n’est pas nécessairement celui qu’on voit venir. Parce qu’être naïf, du moins un peu, me semble qu’on a encore besoin de ça, non?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s