Une (extraordinaire) histoire de chien (pas sale)

Je m’étais absenté un petit bout. Lentement, je suis en train de m’installer dans mon nouveau chez-moi.

Je veux raconter une histoire de chien aujourd’hui.

Ce n’est pas une histoire de chien sale, même si mon chien l’est parfois, mais au sens propre, c’est ça de pris, au moins 😉

Je sais que j’ai écrit que je n’avais plus rien à ajouter sur ma dépression à moi. Mais là, c’est différent. Il est plutôt question de la douleur et d’un événement extraordinaire que j’ai vécu la nuit dernière.

Je vous ai parlé des petits pas et des fucking petits pas. Des journées plus faciles que d’autres.

Il y a aussi des nuits plus difficiles que d’autres. La nuit dernière en était une.

Je me suis réveillé vers 3h du matin avec une intense douleur à la poitrine. Rien de grave, côté physique, je savais exactement ce que c’était.

Elle est difficile à décrire, cette douleur. J’ai réalisé que seules les personnes qui ont fait une dépression comprennent exactement de quoi il est question.

C’est la douleur pure. À la fois physique, on ressent vraiment une douleur à la poitrine. Et on a mal, partout. Dans sa tête, dans son coeur, dans son âme, dans tout ce que vous voulez. Il n’y a que la douleur et rien d’autre.

Je ne peux prétendre avoir connu toutes les douleurs que la vie peut apporter. Mais je sais que celle-là est probablement l’une des pires qu’on peut vivre.

C’est cette douleur qui fait que, parfois, des gens ont des idées noires ou même passent à l’acte. C’est la douleur du cancer de l’âme.

C’est donc cette douleur qui m’habitait intensément la nuit dernière.

Incapable de me rendormir, j’ai décidé d’aller me coucher sur le sofa du salon.

Mon chien est venu me rejoindre. Et c’est là que s’est produit un événement qui démontre la relation extraordinaire qui existe parfois entre le chien et l’homme.

Léa, c’est son nom, est carrément venue se coucher sur ma poitrine, là où ça faisait si mal.

Là, je me suis rappelé avoir vu un reportage qui montrait des chiens entraînés à accompagner notamment des soldats souffrant d’un choc post-traumatique. On y enseignait aux chiens à se coucher sur la poitrine de leur maître pour les aider à calmer leur anxiété et la fameuse douleur à la poitrine.

On ne parle pas ici de petits chiens, mais de bons gros toutous.

Je pleurais à chaudes larmes et mon chien, sans que jamais personne ne lui ai appris à faire ça, est venu se coucher sur ma poitrine. Le soulagement a été instantané. La douleur n’a pas disparue, mais elle diminué.

Et j’ai réussi à me rendormir.

Je savais déjà que les chiens sentent les émotions de leurs maîtres. Ma Léa est d’ailleurs encore plus colleuse que d’habitude depuis que je suis en dépression. Comme si la chose était possible, dans son cas. C’est déjà le chien le plus affectueux que je connaisse.

Mais se coller contre son maître est une chose.

Là, elle savait exactement quoi faire au moment où elle devait le faire.

Et je pleurais. Et je lui disais merci. Et je me suis endormi.

C’était déjà un peu une histoire d’amour entre mon chien et moi. J’ai toujours aimé les chiens depuis que je suis tout petit.

Là, c’est devenu autre chose. Mon chien a même fait ce que bien des humains sont incapables de faire face à la dépression des autres.

Elle s’en fout du nom du mal qui m’afflige. Elle m’a juste fait savoir qu’elle était là, elle aussi.

Bref, merci Léa !

p.s. : mon toutou pèse 85 livres, et oui, je me suis endormi sans problème…

Publié par

ÉP Champagne

Humain de 51 ans. Né sous le nom d’Éric-Pierre Champagne, un 15 avril 1967. Parfaitement imparfait. Se pose beaucoup de questions et n’a pas toujours les réponses. Se demande justement où s’en va homo sapiens… Toujours dans le sens de l’évolution? Et quelle évolution? Actuellement en dépression et fait de « fucking » petits pas pour s’en sortir. Écrire et composer de la musique sont les deux choses qui me font le plus grand bien dans ces moments difficiles. En plus de faire du jogging. Sauf que je ne peux pas courir plusieurs fois par jour. Écrire et faire de la musique, si. Quand je ne suis pas en arrêt de travail, je suis journaliste. Mais aussi plein d’autres choses. Père de deux adultes, propriétaire d’un gros toutou et d’un chat, amant de la nature, de la musique, du jardinage, des randonnées en montagne, des balades en vélo, de milk shake préparés exclusivement à la laiterie La Pinte et amoureux de la vie, quand elle ne me tombe pas dessus, comme le ciel chez les Gaulois. Je ne suis pas à une contradiction près, j’ai quelques bibittes dans ma tête et autres blessures de l’âme, comme la majorité des habitants de cette planète. Mais dont la grande majorité, justement, ne veut tout simplement pas l’avouer. Préoccupé par l’avenir de la planète, mais surtout de l’avenir d’homo sapiens et celui des relations humaines. Parce que c’est ce qu’on est, après tout, des animaux sociaux. Encore un brin naïf, malgré plusieurs poils de barbe blancs et quelques cheveux aussi. Toujours envie de changer le monde, mais j’ai appris à la dure que les sauveurs n’existent pas. On fait juste notre petite contribution, pis c’est ben correct comme ça. Dans un premier temps, vous allez retrouver sur Homo sapiens mes textes, plutôt personnels, et mes compositions musicales, qui ne passeront pas à CKOI. Et j’en suis fort aise. Plus tard, pourquoi pas, on y retrouvera aussi des histoires qui font du bien. Des histoires d’humanité. Des histoires de héros ordinaires. De chevalier Jedi qui restent du côté lumineux de la Force et qui font le bien à petite échelle. Pour se rappeler qu’homo sapiens existe encore et que son avenir n’est pas nécessairement celui qu’on voit venir. Parce qu’être naïf, du moins un peu, me semble qu’on a encore besoin de ça, non?

Une réponse sur « Une (extraordinaire) histoire de chien (pas sale) »

  1. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s