Chère Marie-Eve

Mon amie Marie-Ève Martel a posé aujourd’hui un geste plutôt rare de nos jours.

Elle s’est exprimée sur Facebook pour dire qu’elle se sentait un peu à bout. En gros, la surcharge de travail et le stress étaient en train de faire remonter son anxiété.

Je ne dévoile aucun secret ici au sujet du trouble anxieux diagnostiqué chez Marie-Ève. Elle-même ne s’en cache pas. Elle a l’a d’ailleurs mentionné dans quelques-unes de ses chroniques et c’est tout à son honneur.

Quand j’ai vu sa publication sur Facebook ce matin, j’ai d’abord été inquiet. C’est mon amie et j’y tiens comme la prunelle de mes yeux.

L’an passé, à peu près à pareille date, j’ai écrit un post sur Facebook pour annoncer que je me retouvais en arrêt de travail : j’étais en dépression.

Marie-Ève et moi, on se connaissait à peine. Nous avions eu quelques échanges notamment dans le cadre de la campagne de la FNC Sauvons l’info.

La première personne qui a répondu à mon post, je vous le donne en mille, c’est Marie-Ève. Je n’oublierais jamais son message…

20191003_184817

Ùne amitié improbable est née alors que Marie-Ève vivait ses meilleurs moments depuis longtemps et que moi, je sombrais lentement vers l’année la plus difficile de ma vie.

Marie-Ève a été là pour moi pendant toute cette année, me consolant, m’écoutant, même quand je me répétais. Sans jamais une once de jugement. Elle a été là, point final.

Donc, je me suis inquiété quand j’ai vu son post. Une inquiétude qui n’a pas duré.

Je connais mon amie maintenant : le simple fait pour elle de publier ce message confirmait qu’elle n’allait pas laisser l’anxiété en mener plus large.

Et c’est là que je veux saluer son courage.

Combien d’entre nous préféront nous montrer sous notre meilleur jour, toujours, que nous sommes forts et qu’aucun problème n’est insurmontable, même quand ça ne va pas si bien que ça.

Et combien finissent dans le bureau du médecin ou même à l’hôpital parce qu’un jour, on a craqué pour de bon.

Ce n’est pas un aveu de faiblesse, au contraire, ce que Marie-Ève a fait.

Je suis drôlement fier d’elle ! Elle donne l’exemple.

J’espère en voir plus souvent des posts du genre. Des posts authentiques remplis d’humanité. Des messages remplis de force et de courage.

Le monde irait certainement un peu mieux si on arrêtait de s’inventer des vies de rêve où la souffrance est inexistante. Le monde irait mieux, si d’autres comme Marie-Ève laissaient tomber les gants à l’occasion pour présenter un autre visage : celui des jours difficiles qui surviennent parfois.

Ça fait partie de la condition humaine. Croire le contraire est une chimère.

Merci Marie-Ève de nous le rappeler. Je t’aime mon amie 😉

 

 

 

Publié par

ÉP Champagne

Humain de 51 ans. Né sous le nom d’Éric-Pierre Champagne, un 15 avril 1967. Parfaitement imparfait. Se pose beaucoup de questions et n’a pas toujours les réponses. Se demande justement où s’en va homo sapiens… Toujours dans le sens de l’évolution? Et quelle évolution? Actuellement en dépression et fait de « fucking » petits pas pour s’en sortir. Écrire et composer de la musique sont les deux choses qui me font le plus grand bien dans ces moments difficiles. En plus de faire du jogging. Sauf que je ne peux pas courir plusieurs fois par jour. Écrire et faire de la musique, si. Quand je ne suis pas en arrêt de travail, je suis journaliste. Mais aussi plein d’autres choses. Père de deux adultes, propriétaire d’un gros toutou et d’un chat, amant de la nature, de la musique, du jardinage, des randonnées en montagne, des balades en vélo, de milk shake préparés exclusivement à la laiterie La Pinte et amoureux de la vie, quand elle ne me tombe pas dessus, comme le ciel chez les Gaulois. Je ne suis pas à une contradiction près, j’ai quelques bibittes dans ma tête et autres blessures de l’âme, comme la majorité des habitants de cette planète. Mais dont la grande majorité, justement, ne veut tout simplement pas l’avouer. Préoccupé par l’avenir de la planète, mais surtout de l’avenir d’homo sapiens et celui des relations humaines. Parce que c’est ce qu’on est, après tout, des animaux sociaux. Encore un brin naïf, malgré plusieurs poils de barbe blancs et quelques cheveux aussi. Toujours envie de changer le monde, mais j’ai appris à la dure que les sauveurs n’existent pas. On fait juste notre petite contribution, pis c’est ben correct comme ça. Dans un premier temps, vous allez retrouver sur Homo sapiens mes textes, plutôt personnels, et mes compositions musicales, qui ne passeront pas à CKOI. Et j’en suis fort aise. Plus tard, pourquoi pas, on y retrouvera aussi des histoires qui font du bien. Des histoires d’humanité. Des histoires de héros ordinaires. De chevalier Jedi qui restent du côté lumineux de la Force et qui font le bien à petite échelle. Pour se rappeler qu’homo sapiens existe encore et que son avenir n’est pas nécessairement celui qu’on voit venir. Parce qu’être naïf, du moins un peu, me semble qu’on a encore besoin de ça, non?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s