Je vais fourrer ta mère…

Que la question de l’immigration préoccupe la société québécoise, ça se peut.

Mais qu’un être humain s’en prenne à une femme et sa fille parce qu’ils sont différents ?

> Un homme attaque verbalement une femme d’origine algérienne et sa fille

Ce n’était pas une attaque menée derrière un clavier d’ordinateur, mais dans la rue, dans un face à face violent.

Un être humain qui s’en prenait à un autre tout à fait gratuitement.

Où est l’humanité quand une personne décide qu’elle peut s’en prendre à une femme et sa fille et les abreuver d’insultes en pleine rue ?

Et dire qu’on marche dans la rue et lorsqu’on voit quelqu’un promener son chien, peu importe la race, et on le salue et on demande si on peut flatter le chien.

« Qu’il est beau votre chien ! Quelle est sa race ? Il a l’air tout doux ! »

///

Cette nouvelle m’a d’autant plus troublé que le jeudi, c’est ma journée ultimate frisbee.

Je joue au frisbee avec les fous. La moitié des joueurs portent un bracelet d’hôpital. Chacun a son histoire. J’en connais certaines. Et il y a la mienne.

Si une gang de poqués de la vie avec chacun une blessure au haut du corps peuvent jouer au frisbee ensemble sans se poser de question ni porter de jugement…

Je dis ça de même, peut-être qu’on devrait s’en inspirer pour mieux vivre ensemble dans notre société…

///

Mon billet humoristique sur la molécule FECOMSEMBLANT est inspiré d’une vraie découverte scientifique.

> FECOMSEMBLANT, pour aider les gens qui ne souffrent pas de dépression

FECOMSEMBLANT n’existe pas. Du moins, la molécule.

FECOMSEMBLANT, le phénomène, lui, est bien réel. Tellement de gens font comme semblant.

Pendant ce temps, des chercheurs ont réussi à démontrer que l’empathie auprès d’une personne souffrante permettait de diminuer la douleur ressentie par cette personne.

> La signature cérébrale de l’empathie contre la douleur obervée

Donc, l’empathie ne sert pas seulement à être gentil avec une personne qui souffre. L’empathie joue un rôle non négligeable dans le cerveau de la personne qui souffre.

C’est souvent le problème avec la souffrance. Les gens se sentent impuissants. Ils ne savent pas quoi dire ni quoi faire. Ils ont peur, parfois.

Eh bien, on pourra se dire maintenant que l’empathie sert à quelque chose. Elle diminue de façon non négligeable la souffrance. L’empathie a la même efficacité que certains médicaments.

La bonne nouvelle, on ne peut la breveter. C’est comme un logiciel libre de droits.

Tout le monde peut s’en servir.

La mauvaise nouvelle ? L’empathie n’est pas un comprimé qu’on peut se faire prescrire.   Ça demande un petit effort…

Comme se mettre à la place d’une femme et de son enfant avant de l’inonder d’insultes et de menaces. Se demander : qu’est-ce que ça me ferait si ça m’arrivait à moi ?

Malheureusement, il n’y a pas de pilules pour ça…

Publié par

ÉP Champagne

Humain de 51 ans. Né sous le nom d’Éric-Pierre Champagne, un 15 avril 1967. Parfaitement imparfait. Se pose beaucoup de questions et n’a pas toujours les réponses. Se demande justement où s’en va homo sapiens… Toujours dans le sens de l’évolution? Et quelle évolution? Actuellement en dépression et fait de « fucking » petits pas pour s’en sortir. Écrire et composer de la musique sont les deux choses qui me font le plus grand bien dans ces moments difficiles. En plus de faire du jogging. Sauf que je ne peux pas courir plusieurs fois par jour. Écrire et faire de la musique, si. Quand je ne suis pas en arrêt de travail, je suis journaliste. Mais aussi plein d’autres choses. Père de deux adultes, propriétaire d’un gros toutou et d’un chat, amant de la nature, de la musique, du jardinage, des randonnées en montagne, des balades en vélo, de milk shake préparés exclusivement à la laiterie La Pinte et amoureux de la vie, quand elle ne me tombe pas dessus, comme le ciel chez les Gaulois. Je ne suis pas à une contradiction près, j’ai quelques bibittes dans ma tête et autres blessures de l’âme, comme la majorité des habitants de cette planète. Mais dont la grande majorité, justement, ne veut tout simplement pas l’avouer. Préoccupé par l’avenir de la planète, mais surtout de l’avenir d’homo sapiens et celui des relations humaines. Parce que c’est ce qu’on est, après tout, des animaux sociaux. Encore un brin naïf, malgré plusieurs poils de barbe blancs et quelques cheveux aussi. Toujours envie de changer le monde, mais j’ai appris à la dure que les sauveurs n’existent pas. On fait juste notre petite contribution, pis c’est ben correct comme ça. Dans un premier temps, vous allez retrouver sur Homo sapiens mes textes, plutôt personnels, et mes compositions musicales, qui ne passeront pas à CKOI. Et j’en suis fort aise. Plus tard, pourquoi pas, on y retrouvera aussi des histoires qui font du bien. Des histoires d’humanité. Des histoires de héros ordinaires. De chevalier Jedi qui restent du côté lumineux de la Force et qui font le bien à petite échelle. Pour se rappeler qu’homo sapiens existe encore et que son avenir n’est pas nécessairement celui qu’on voit venir. Parce qu’être naïf, du moins un peu, me semble qu’on a encore besoin de ça, non?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s