Trouver du réconfort auprès des « fous »

La journée a été difficile hier, mais je me suis donné quelques coups de pied au derrière pour déjouer mon système limbique.

Je suis d’abord allé prendre un café avec une amie. Deux heures à jaser de tout et de rien et à essayer de refaire le monde.

À la sorti du café, c’était cortex préfrontal 1; système limbique 0.

Je suis rentré chez moi et mon système limbique en a profité pour marquer un but. Retour à la case départ.

Ce n’est pas toujours le cas, mais hier j’étais bien décidé à ne pas laisser mon système limbique gagner la partie. J’ai pris mon vélo et je suis allé m’inscrire à un cours de méditation, ce que je retardais de faire depuis quelques semaines.

Cortex préfrontal 2; système limbique 1.

Ensuite, j’ai roulé jusqu’à D’un couvert à l’autre, organisme dirigé par mes amis Maxine et Jerry. C’était l’anniversaire de Jerry et je voulais lui serrer la pince en personne.

En roulant vers D’un couvert à l’autre, j’ai pris une avance de deux buts.

Cortex préfrontal 3; système limbique 1.

Jerry s’était absenté, j’ai donc dû l’attendre un peu.

Comme toutes les fois, je salue tout le monde. Je suis un peu devenu un habitué de la place.

Les gens savent que je fais une dépression et tout le monde est attentionné envers moi, particulièrement Guillaume. Il prends de mes nouvelles, me demande comment je m’en sors.

Il me dit entre autres : « Ça paraît que tu t’accroches, que tu veux te battre pour t’en sortir. »

Il ne m’offre pas de conseils, genre tu devrais faire ci ou tu devrais faire ça. Juste cette phrase, qui me chamboule encore.

Le score à ce moment-là ?

Cortex préfrontal 4; système limbique 1.

Je connais seulement une partie de son histoire, mais je devine qu’il en connaît un bout sur la souffrance, comme toutes les personnes qui fréquentent DCL.

Petite parenthèse pour parler de schizophrénie. C’est l’une des maladies mentales les plus méconnues. Pour plusieurs, les gens souffrant de schizophrénie sont des fous, tout simplement.

D’où le titre qui coiffe ce billet. Vous aurez compris, je l’espère que je n’en pense rien.

C’est pour illustrer en quelque sorte que le réconfort peut souvent apparaître là où on s’y attend le moins.

Le réconfort peut se trouver auprès de gens qui en connaissent un bout sur la souffrance, le tabou et le malaise.

Finalement Maxine, Jerry et moi nous sommes aller souper, pour célébrer son anniversaire.

Pas de fla-fla. Jerry n’aime pas les anniversaires.

Pendant le souper, je reçois un message de Guillaume via Messenger.

20190611_104730

Comme je l’ai dit, on ne se connaît pas vraiment.

J’ai écrit un texte sur Guillaume l’hiver dernier pour raconter son histoire.

> Guillaume le conquérant

Je sais que ça lui a fait du bien. C’est d’ailleurs devenu son surnom par la suite, Guillaume le conquérant.

Mais Guillaume ne me doit rien. Je ne suis pas son ami. On se voit à l’occasion, c’est tout, quand je vais à DCL.

J’ai été touché et ému par son geste.

Après le souper, c’était cortex préfrontal 5; système limbique 1.

Une rare victoire sur mon cerveau « émotionnel » qui donne de l’espoir.

Merci Guillaume !

 

Publié par

ÉP Champagne

Humain de 51 ans. Né sous le nom d’Éric-Pierre Champagne, un 15 avril 1967. Parfaitement imparfait. Se pose beaucoup de questions et n’a pas toujours les réponses. Se demande justement où s’en va homo sapiens… Toujours dans le sens de l’évolution? Et quelle évolution? Actuellement en dépression et fait de « fucking » petits pas pour s’en sortir. Écrire et composer de la musique sont les deux choses qui me font le plus grand bien dans ces moments difficiles. En plus de faire du jogging. Sauf que je ne peux pas courir plusieurs fois par jour. Écrire et faire de la musique, si. Quand je ne suis pas en arrêt de travail, je suis journaliste. Mais aussi plein d’autres choses. Père de deux adultes, propriétaire d’un gros toutou et d’un chat, amant de la nature, de la musique, du jardinage, des randonnées en montagne, des balades en vélo, de milk shake préparés exclusivement à la laiterie La Pinte et amoureux de la vie, quand elle ne me tombe pas dessus, comme le ciel chez les Gaulois. Je ne suis pas à une contradiction près, j’ai quelques bibittes dans ma tête et autres blessures de l’âme, comme la majorité des habitants de cette planète. Mais dont la grande majorité, justement, ne veut tout simplement pas l’avouer. Préoccupé par l’avenir de la planète, mais surtout de l’avenir d’homo sapiens et celui des relations humaines. Parce que c’est ce qu’on est, après tout, des animaux sociaux. Encore un brin naïf, malgré plusieurs poils de barbe blancs et quelques cheveux aussi. Toujours envie de changer le monde, mais j’ai appris à la dure que les sauveurs n’existent pas. On fait juste notre petite contribution, pis c’est ben correct comme ça. Dans un premier temps, vous allez retrouver sur Homo sapiens mes textes, plutôt personnels, et mes compositions musicales, qui ne passeront pas à CKOI. Et j’en suis fort aise. Plus tard, pourquoi pas, on y retrouvera aussi des histoires qui font du bien. Des histoires d’humanité. Des histoires de héros ordinaires. De chevalier Jedi qui restent du côté lumineux de la Force et qui font le bien à petite échelle. Pour se rappeler qu’homo sapiens existe encore et que son avenir n’est pas nécessairement celui qu’on voit venir. Parce qu’être naïf, du moins un peu, me semble qu’on a encore besoin de ça, non?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s