Les trois côtés de la médaille

« La santé mentale est une composante essentielle de la santé. »

Ce sont les mots de Renée Ouimet, directrice du Mouvement santé mentale Québec, dans une lettre parue dans La Presse ce matin.

> Sans santé mentale, pas de santé

Fuck, oui !

Je sais, je me répète. Le cerveau humain est l’organe le plus important d’homo sapiens.

Sans lui, nous sommes de gros singes, rien de plus.

Remarquez bien qu’à jeter un oeil sur l’état de notre planète, ce n’est certainement pas le gros singe qu’il faut blâmer.

Mais c’est une autre histoire.

Le cerveau humain, donc.

C’est lui qui fait bouger nos bras, nos jambes. C’est lui qui nous dit que les pâtes qu’on vient de faire cuire sont trop cuites ou pas assez.

La liste des tâches du cerveau est trop longue pour toutes les énumérer.

Sachez qu’un humain sans cerveau, c’est comme un char sans moteur.

Un humain avec un cerveau amoché, c’est comme un char quatre-cylindres qui essaie d’avancer avec seulement deux cylindres qui sont fonctionnels.

Ça avance tout croche.

Avec un cerveau en dépression, c’est comme essayer d’avancer dans la vie en portant un scaphandre. Souvent, ça n’avance pas vite. Parfois, ça n’avance pas du tout.

On revient donc à la santé mentale.

Si on prend une pause et qu’on réfléchit à l’actualité, c’est clair que la santé mentale doit devenir une priorité.

Mais il faut la prendre cette pause, pour réfléchir.

Dans le feu de l’action, on ne réfléchit pas beaucoup.

Prenez le drame de la fillette de Granby.

Première réaction : le père est un monstre.

Deuxième réaction : la DPJ et les travailleurs sociaux sont des incompétents.

Dans le feu de l’action, on oublie trop souvent qu’il y a deux côtés à une médaille.

Et moi j’ajoute qu’il y en a trois !

On savait tous qu’il y a un manque de familles d’accueil au Québec.

On sait que le réseau de la santé a subi d’importantes compressions au fil des ans.

On se doutait qu’il pouvait y avoir une certaine détresse chez les travailleurs sociaux.

C’est maintenant confirmé, comme nous l’apprend Katia Gagnon, ce matin.

> Travailleurs sociaux en détresse

Il a fallu attendre la mort d’une fillette pour s’indigner.

On pouvait pourtant s’indigner avant. Mais règle générale, ça prend un drame avant de s’indigner.

Et l’indignation retombe assez vite pour qu’on retourne à notre routine et à la prochaine indignation.

Bref, l’indignation sert à trouver les coupables. Rien d’autre.

Ça prend un ou des coupables pour être bien certains que nous ne sommes pas responsables de ce drame. Des fois, tsé…

Rien ne doit perturber notre petit bonheur « Mazda ».

C’est pour ça qu’il y a toujours trois côtés à une médaille : la victime, le bourreau et le public ou la société, si vous préférez.

Mais se regarder dans le miroir n’est pas chose facile, sauf pour demander au miroir qui est le plus beau…

Le drame de Granby, ce n’est pas juste le problème du père et de sa conjointe.

Ce n’est pas juste le problème de la DPJ ou des tribunaux.

C’est aussi notre problème.

Si notre objectif est de chercher des coupables pour nous éviter un peu d’introspection, ben, nous sommes dans le champ ! Solide !!

La différence entre nous et les gros singes n’est pas si grande. À peine un peu plus de 1% nous sépare de notre ancêtre : 1,23% pour être précis en terme en terme de génome.

Même les gros singes apprennent de leurs erreurs et ajustent leurs comportements.

Allez homo sapiens, un petit effort…

p.s.: j’apprend que des tatas ont photographié la fillette morte dans son cercueil et partagent ladite photo sur les réseaux sociaux. Même les gros singes ne sont pas aussi cons…

 

 

Publié par

ÉP Champagne

Humain de 51 ans. Né sous le nom d’Éric-Pierre Champagne, un 15 avril 1967. Parfaitement imparfait. Se pose beaucoup de questions et n’a pas toujours les réponses. Se demande justement où s’en va homo sapiens… Toujours dans le sens de l’évolution? Et quelle évolution? Actuellement en dépression et fait de « fucking » petits pas pour s’en sortir. Écrire et composer de la musique sont les deux choses qui me font le plus grand bien dans ces moments difficiles. En plus de faire du jogging. Sauf que je ne peux pas courir plusieurs fois par jour. Écrire et faire de la musique, si. Quand je ne suis pas en arrêt de travail, je suis journaliste. Mais aussi plein d’autres choses. Père de deux adultes, propriétaire d’un gros toutou et d’un chat, amant de la nature, de la musique, du jardinage, des randonnées en montagne, des balades en vélo, de milk shake préparés exclusivement à la laiterie La Pinte et amoureux de la vie, quand elle ne me tombe pas dessus, comme le ciel chez les Gaulois. Je ne suis pas à une contradiction près, j’ai quelques bibittes dans ma tête et autres blessures de l’âme, comme la majorité des habitants de cette planète. Mais dont la grande majorité, justement, ne veut tout simplement pas l’avouer. Préoccupé par l’avenir de la planète, mais surtout de l’avenir d’homo sapiens et celui des relations humaines. Parce que c’est ce qu’on est, après tout, des animaux sociaux. Encore un brin naïf, malgré plusieurs poils de barbe blancs et quelques cheveux aussi. Toujours envie de changer le monde, mais j’ai appris à la dure que les sauveurs n’existent pas. On fait juste notre petite contribution, pis c’est ben correct comme ça. Dans un premier temps, vous allez retrouver sur Homo sapiens mes textes, plutôt personnels, et mes compositions musicales, qui ne passeront pas à CKOI. Et j’en suis fort aise. Plus tard, pourquoi pas, on y retrouvera aussi des histoires qui font du bien. Des histoires d’humanité. Des histoires de héros ordinaires. De chevalier Jedi qui restent du côté lumineux de la Force et qui font le bien à petite échelle. Pour se rappeler qu’homo sapiens existe encore et que son avenir n’est pas nécessairement celui qu’on voit venir. Parce qu’être naïf, du moins un peu, me semble qu’on a encore besoin de ça, non?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s