La santé mentale, un gardien de la LNH et le tabou

Il est finaliste au trophée Vézina, qui consacre le meilleur gardien de la Ligue nationale de hockey (LNH).

Ça n’a pourtant pas été si facile de trouver une équipe qui accepte de lui faire signer un contrat.

Pourquoi ?

La santé mentale.

Le gardien en question, c’est Robin Lehner, des Islanders de New York.

L’été dernier, on lui a diagnostiqué un trouble bipolaire de type 1 ainsi qu’un choc post-traumatique, rapporte le New York Post.

> Robin Lehner confronted mental illness and he is now an elite goalie

À la fin de l’été, 8 ou 9 équipes étaient intéressés à ses services, selon Lehner.

Sauf que le gardien et son agent ont décidé d’être transparents au sujet de sa maladie et d’en informer les équipes.

Résultat ?

Seulement deux équipes étaient toujours intéressées au gardien suédois.

Les Islanders n’ont pas pris un énorme risque, lui faisait signer un contrat d’un an pour 1,5 million US. Lehner a répondu avec une saison époustouflante. Meilleur pourcentage d’arrêt de l’histoire des Islanders.  Troisième meilleure moyenne de buts allouées dans toute la LNH.

Ironiquement, rapporte le New York Post, ce sont les directeurs généraux qui votent pour le trophée Vézina. Ces mêmes DG qui ont levé le nez sur Lehner, du moins pour plusieurs d’entre eux.

Le gardien remercie évidemment les Islanders de lui avoir fait confiance. Il résume d’ailleurs merveilleusement bien la façon d’agir face à la santé mentale dans l’entrevue qu’il a accordée au New York Post.

« Ils m’ont aidé pour certaines choses, mais le plus important, c’est que je ne me suis pas senti jugé. »

///

Le tabou est assez simple à comprendre dans le fond. Les gens ont peur de parler de santé mentale, la leur, de peur d’être jugé.

L’histoire de Robin Lehner ne va pas rassurer les plus inquiets.

D’un autre côté, elle pourrait bien ouvrir des portes qui étaient encore fermées il n’y a pas si longtemps.

///

Le tabou est si fort que même des professionnels de la santé hésitent à parler de leur dépression. Encore là, la même peur, celle d’être jugé.

C’est ce qui est arrivé au médecin Karen Desrosiers.

> Dépression : une médecin parle de sa propre expérience pour briser les tabous

Un médecin, me semble qu’ils sont aux premières lignes pour constater les dégâts.

Mais ça n’empêche quand même pas le tabou.

Un extrait du reportage de Radio-Canada :

Karen Desrosiers a eu de la difficulté à aller consulter un professionnel de la santé. Pendant longtemps, elle s’est dit que consulter un psychologue signifiait qu’elle était faible. « Juste aller voir une psychologue, ce n’est pas bien vu. »

///

La bonne nouvelle, c’est que Robin Lehner a décidé de parler. Karen Desrosiers a décidé de surmonter ses peurs et de dénoncer le tabou.

Je fais la même chose, à une échelle plus modeste, mais j’en parle moi aussi.

Continuer à avoir peur, à entretenir le tabou, ne réglera absolument rien.

Foncer et dire la vérité, surmonter ses peurs et avouer que nous sommes des homo sapiens avec des forces et des faiblesses, c’est ça la stratégie gagnante.

C’est la seule avenue qui a des chances de succès.

Le système a des failles, évidemment.

Mais la première faille est en nous. Et c’est à chacun de nous d’y voir.

À commencer par faire un gros doigt d’honneur au tabou…

Publié par

ÉP Champagne

Humain de 51 ans. Né sous le nom d’Éric-Pierre Champagne, un 15 avril 1967. Parfaitement imparfait. Se pose beaucoup de questions et n’a pas toujours les réponses. Se demande justement où s’en va homo sapiens… Toujours dans le sens de l’évolution? Et quelle évolution? Actuellement en dépression et fait de « fucking » petits pas pour s’en sortir. Écrire et composer de la musique sont les deux choses qui me font le plus grand bien dans ces moments difficiles. En plus de faire du jogging. Sauf que je ne peux pas courir plusieurs fois par jour. Écrire et faire de la musique, si. Quand je ne suis pas en arrêt de travail, je suis journaliste. Mais aussi plein d’autres choses. Père de deux adultes, propriétaire d’un gros toutou et d’un chat, amant de la nature, de la musique, du jardinage, des randonnées en montagne, des balades en vélo, de milk shake préparés exclusivement à la laiterie La Pinte et amoureux de la vie, quand elle ne me tombe pas dessus, comme le ciel chez les Gaulois. Je ne suis pas à une contradiction près, j’ai quelques bibittes dans ma tête et autres blessures de l’âme, comme la majorité des habitants de cette planète. Mais dont la grande majorité, justement, ne veut tout simplement pas l’avouer. Préoccupé par l’avenir de la planète, mais surtout de l’avenir d’homo sapiens et celui des relations humaines. Parce que c’est ce qu’on est, après tout, des animaux sociaux. Encore un brin naïf, malgré plusieurs poils de barbe blancs et quelques cheveux aussi. Toujours envie de changer le monde, mais j’ai appris à la dure que les sauveurs n’existent pas. On fait juste notre petite contribution, pis c’est ben correct comme ça. Dans un premier temps, vous allez retrouver sur Homo sapiens mes textes, plutôt personnels, et mes compositions musicales, qui ne passeront pas à CKOI. Et j’en suis fort aise. Plus tard, pourquoi pas, on y retrouvera aussi des histoires qui font du bien. Des histoires d’humanité. Des histoires de héros ordinaires. De chevalier Jedi qui restent du côté lumineux de la Force et qui font le bien à petite échelle. Pour se rappeler qu’homo sapiens existe encore et que son avenir n’est pas nécessairement celui qu’on voit venir. Parce qu’être naïf, du moins un peu, me semble qu’on a encore besoin de ça, non?

Une réponse sur « La santé mentale, un gardien de la LNH et le tabou »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s