Les fonds de corridor

J’écris ce billet du fond du corridor de la clinique externe de l’hôpital Charles-LeMoyne.

C’était mon endroit de prédilection pour aller faire une sieste quand je travaillais comme préposé aux bénéficiaires, début vingtaine.

Cette fois-ci, je suis allé m’y cacher pour pleurer un bon coup. Des crises de larmes, qui selon ma fille, ressemblent aux cris d’un cochon dont on est en train de couper les couilles…

Mes couilles à moi sont intactes, je vous rassure tout de suite.

Depuis hier, autant j’ai rencontré des gens formidables et dévoués, autant j’ai goûté aux aléas d’un système quelque fois déshumanisé.

Car le système de santé, c’est vraiment un système.

Il y a évidemment les mots « système » et « santé », mais le premier occupe une place prépondérante.

Ça n’enlève rien à la qualité du personnel. En général, les gens sont gentils, courtois, professionnels et attentionnés. Mais pas toujours aussi. Heureusement, ça c’est l’exception.

Mais le système, lui, est une vraie bête, un monstre. Comme s’il avait son existence propre. Un peu comme Skynet dans Terminator.

Hier, on me transfère de l’hôpital Pierre-Boucher vers Charles-LeMoyne. Paraît-il que c’est l’hôpital de mon secteur. Pour moi, c’est un peu comme passer Go et retourner à la case départ.

J’ai déjà été évalué par un urgentologue et un psychiatre.

Je frôle le zéro dangerosité.

C’est du côté de la souffrance, des crises d’angoisse et de larmes où je score le plus.

C’est d’ailleurs ce que l’urgentologe de Pierre-Boucher a constaté en prenant seulement quelques minutes pour me parler.

On me transfère donc à Charles-LeMoyne. C’était mon deuxième voyage à vie en ambulance. La première fois, j’avais perdu deux dents, je m’étais cassé le coude gauche et je m’étais tapé une commotion cérébrale en me faisant frapper par une voiture alors que je courrais mon 5 km.

Arrivé à Charles-LeMoyne, on m’amène à l’aile Z, plus particulièrement dans une salle qui ressemble à un immense bocal.

On ne me dit rien. On m’enlève toutes mes affaires. Mon casque d’écoute, mon iPad, mon cellulaire, mes livres.

On m’installe sur une civière et je me trouve devant une immense fenêtre où le personnel nous observe comme des rats de laboratoire.

Je ne sais pas ce que je fais là ni combien ds temps je vais y être.

Je demande à une dame (une infirmière ? une préposée ?) qui se trouve de l’autre côté de la fenêtre d’observation si je vais voir un psychiatre.

Elle me répond que oui, mais que ça peut prendre un certain temps. Elle ajoute même que certains patients sont là depuis deux jours et n’ont toujours pas vu de psychiatre…

Mon angoisse déjà plutôt élevée passe au niveau supérieur.

Je demande à mon infirmier si je peux avoir mon médicament pour calmer mon anxiété qui est en train de devenir incontrôlable et qui prend toute la place.

L’infirmier me répond que ce n’est pas possible, que je dois d’abord voir le psychiatre.

Je vous rappelle que ça peut prendre encore plusieurs heures avant que je ne voie un paychiatre.

Je réponds à l’infirmier que j’ai un prescription dans mon dossier, signée par une urgentologue de Pierre-Boucher.

 » Ça vient de Pierre-Boucher, ça ne compte pas ici « , précise-t-il.

L’angoisse vient de dépasser la planète Mars et se dirige vers Jupiter.

C’est l’intervention de mon ex, qui est arrivée, qui change la donne.

L’infirmier accepte de faire venir un médecin de l’urgence pour voir s’il peut faire quelque chose.

Ça pris moins de 5 minutes au médecin pour comprendre que je n’avais pas d’affaire là.

Primo, il a lu mon dossier.

Secundo, il est venu me poser quelques questions.

C’était terminé, on me sortait de l’aquarium.

Si l’infirmier avait pris le temps de lire mon dossier dès le départ… Non, il n’a même pas lu mon fucking dossier…

Il était trop occupé à jaser avec sa collègue.

Un peu gêné, il s’est même excusé quand je suis sorti du « bocal ».

Sauf que je venais quand même de me taper une solide crise à cause de sa paresse ou de son incompétence, je ne sais trop.

///

Ce matin, manège un peu semblable.

J’ai passé une bonne nuit, assommé par une dose de cheval et je me suis endormi avec mon casque d’écoute sur les oreilles au son d’une musique de relaxation.

Avant de quitter pour l’hôpital, j’ai téléchargé quelques films de Netflix sur mon iPad.

Vers 11h, je m’installe confortablement (sic) sur ma civière pour regarder un film.

Ça ne fait pas 5 minutes que le film est commencé qu’on vient me chercher pour me transférer à nouveau.

Cette fois-ci, on m’envoie à l’aile E, la bien nommée « Débordement ».

C’est là qu’on nous envoie en attendant d’être hospitalisé et, surtout, d’être pris en charge par un psychiatre.

Ça ressemble un peu au purgatoire.

Tout de suite arrivé, le préposé me confisque tout. Casque d’écoute, iPad, cellulaire, la totale.

Pas de ça ici, dit-il.

J’explique que le département d’où j’arrive, j’y avais droit. Que ça avait été autorisé par le médecin. Ni l’infirmière ni le préposé ne veulent rien entendre.

Je vais à la salle de bain et qu’est-ce que j’aperçois en revenant à ma civière ? Le préposé en train de naviguer sur son cellulaire. Je m’emporte un peu…

Un psychiatre qui venait d’arriver et qui parlait à une patiente a entendu la conversation.

Je l’entends poser des questions à l’infirmière à mon sujet.

Il vient me poser quelques questions puis il consulte mon dossier.

Ça pris 5 minutes qu’il donnait la consigne au personnel de me redonner mes choses.

///

Quelques morales à toute cette histoire.

Ça serait une bonne idée de lire le dossier d’un patient qui vient d’arriver, pour savoir à qui on a affaire.

Mais la morale la plus importante, c’est celle-ci…

Faut vouloir s’en sortir en criss pour se taper tout ce manège…

Car il arrive que les médecins de famille ne soient plus en mesure de t’aider et que l’expertise d’un spécialiste soit nécessaire.

Sauf qu’au Québec, il existe deux façons de voir un psychiatre. Ton médecin te réfère pour une consultation et ça peut prendre des mois avant d’avoir droit à un premier rendez-vous.

Ou tu te pointes à l’urgence et tu te croises les doigts en sachant que les doigts, tu viens de les mettre dans le cadre de porte de la maison des fous.

Faut vouloir en criss s’en sortir pour endurer tout ça. Et encore, même en dépression, je suis capable de poser quelques questions et d’être un peu baveux s’il le faut. J’ai suffisamment interrogé de fonctionnaires des ministères fédéral et provincial de l’environnement pour reconnaître la bullshit à des kilomètres.

Sauf que ça draine de l’énergie, et mes réserves commencent à être à sec.

Me taper tout ça juste pour voir un psychiatre, ça frise le ridicule.

Me semble que ça mérite réflexion…

Publié par

ÉP Champagne

Humain de 51 ans. Né sous le nom d’Éric-Pierre Champagne, un 15 avril 1967. Parfaitement imparfait. Se pose beaucoup de questions et n’a pas toujours les réponses. Se demande justement où s’en va homo sapiens… Toujours dans le sens de l’évolution? Et quelle évolution? Actuellement en dépression et fait de « fucking » petits pas pour s’en sortir. Écrire et composer de la musique sont les deux choses qui me font le plus grand bien dans ces moments difficiles. En plus de faire du jogging. Sauf que je ne peux pas courir plusieurs fois par jour. Écrire et faire de la musique, si. Quand je ne suis pas en arrêt de travail, je suis journaliste. Mais aussi plein d’autres choses. Père de deux adultes, propriétaire d’un gros toutou et d’un chat, amant de la nature, de la musique, du jardinage, des randonnées en montagne, des balades en vélo, de milk shake préparés exclusivement à la laiterie La Pinte et amoureux de la vie, quand elle ne me tombe pas dessus, comme le ciel chez les Gaulois. Je ne suis pas à une contradiction près, j’ai quelques bibittes dans ma tête et autres blessures de l’âme, comme la majorité des habitants de cette planète. Mais dont la grande majorité, justement, ne veut tout simplement pas l’avouer. Préoccupé par l’avenir de la planète, mais surtout de l’avenir d’homo sapiens et celui des relations humaines. Parce que c’est ce qu’on est, après tout, des animaux sociaux. Encore un brin naïf, malgré plusieurs poils de barbe blancs et quelques cheveux aussi. Toujours envie de changer le monde, mais j’ai appris à la dure que les sauveurs n’existent pas. On fait juste notre petite contribution, pis c’est ben correct comme ça. Dans un premier temps, vous allez retrouver sur Homo sapiens mes textes, plutôt personnels, et mes compositions musicales, qui ne passeront pas à CKOI. Et j’en suis fort aise. Plus tard, pourquoi pas, on y retrouvera aussi des histoires qui font du bien. Des histoires d’humanité. Des histoires de héros ordinaires. De chevalier Jedi qui restent du côté lumineux de la Force et qui font le bien à petite échelle. Pour se rappeler qu’homo sapiens existe encore et que son avenir n’est pas nécessairement celui qu’on voit venir. Parce qu’être naïf, du moins un peu, me semble qu’on a encore besoin de ça, non?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s